Les similitudes entre les langues amazighes et la langue basque

Pays Basque

Saviez-vous qu’il y’a beaucoup de similitudes entre les langues amazighes et celle basque, cette langue mystérieuse qui ne ressemble à aucune autre langue européenne?

Au fait, la présence du basque, à l’extrême sud-ouest européen, est antérieure à l'arrivée des deux langues indo-européennes, le celtique puis le latin, qui, au cours de l'histoire, allaient devenir langues majoritaires de la région.

Voici un aperçu de ce que les Nord-africains partagent linguistiquement avec les Basques :

Le berbère se dit Imazighen, ou Imaziren, (Imaz, emaitza, ziren, ziraun en basque),

Le nom est Ism (berbère) Izen (basque),

I est Nekk (berbère) et Ni-Nik (basque),

Jambe, extrémité ou branche est Adar (berbère) et Adar (basque),

Frère est Aña (berbère) et Ania-Anai (basque)

âne est Aste (berbère) et Asto (basque),

Chèvre est Akir (berbère) et Aker (basque) ;

esn (fils en arabe algérien) (seme est fils en basque),

ait est le préfixe des tribus berbères des montagnes de l'Atlas (aita est père en basque),

Azazga est la population de la Kabylie algérienne, Azrak le nom du commandant maure des troupes sarrasines qui attaquèrent Alcoy en 1276,

Oreta le nom de l'émissaire berbère d'Abdherraman (Orreta, oretza, Oretsu, Horreta),

Tizi-Uzu (hitz, hitza, uzu, izu) ;

oued (rivière : uadi al-kabir, guadalquivir) est le basque guaia ( rivière, torrent);

abarraka (abarraki, abarrakitu, abarrakitzen, Adeje (adegi, sien) adwar (adar), ajgu (es haga en basque, viga, palo), amer (emerdi, mujer recien parida), barroka, borroka, (borrokatzen), akir (aker, cabrón), amezwar (ametz, ametzkia, ametztoi, amezti, amezaga est carrasca ou carrascal), ania (ania, frère), Anguita (Angoitia), Arraez (l'îlot du Maure Arraez à Almeria, Arraiz en basque), arregi (arregi, arregin), ari (ari, hari), arremman (arremana, arreme, arrem, -relire, se traiter-), aru(artzu, artzulo, artzubi, artzi), asrih (asier), aste (asto, burro), atalaya (talaia, vigia), aza (aza, berza, col), azeif (azegi), baraka (baraka), batu (batu), errai (harrai), watan (baztan), gara (gara), uz (guz), amar (amar), amanan ( amana), anaz (anaz), aggur (agur), auzia ( auzia), azel (azel), azul (bleu), baserri (baserri, population), batuta (batuta), bakka (baka), bakra (bakara), bamu (bama), banu (banu), batí (bati), baya (baya), bejaia (begaya), bere (bere), berinazga, (Barinaga, Bolinaga), bessa, besza (beza), bittu (bitu), damya, dama (dama), Echokhch (Etxekotze), gaitiza était le nom des fils de Berbères qui sont arrivés avec Tarik- (gai-tu gaitzen), gava, gawa (gaba), gara (gara, élevé), ghaysun (gizon), ghurak (gurak), goya (goya), gourara (gurari), gouraya (guraya), gouraya (garaya), Hamed (amez, amets, désir, rêve), Jahfar (basque Txabar, Txabarre, Txabarri, ), hartala (artola), herri (herri), herru (herru), hetta (eta), hezzu (hezu), huda (uda), iger ( igar, secano), ikharri ( ekarri), irigai ( irigai), Irhun (irun), iszzu (izazu), iszza (isaza), ittuna (ituna), izza, izya, iza (iza, itza), izeiaq (izeiak), izid (iziz), izya (izaya), jenwi ( ganibet -es cuchillo-), kassu (kasu), kella (kela), kenna (kena), kettu (ketu), khalaq (kalak), ksu (kasu), khetara (ketara), kulla (kuia), kuba (kuba, mausoleo, niche), ladda (lada), lahna (lejona), Iak (Iak), lalla (laia) mazzi (mazi), muda (muda), muna (muna), nik (nik, yo), Oulad (Olaz, nom de village et nom basque), ouzou (uzu), qura (kura), nek (nek), saboula (sabala), sama (sama), sammer (seme), selhaq (selak), seti (sati), sirga (zirga, corde, ficelle), sefsaf (sahats, saule, mimosa) sura (sura), tadda (tada), tama (tama), tamazagha, (amazaga), Tamesri (tamariz), tamu (tamu), targui (targo) tarik (tarik), tauscher (takera), thablalt (zabalaz), thala (zala), thamazga (amazaga, amezaga), themuth,(zemuz), tizi (titzi), ugar (populations ugar de Biscaye, du Maroc, de Tunisie et de Guipuzcoa), Ugurta (Ugarte, Uharte, Huarte) ; uzar; (txiral-brezo), tarat (darat-ulu), tamezak (damnatzaile), toker (toke), uaddan (uhalde, torrente), ud (uda, verano), ukil (uki, tocar), ult (ulitu), uran (urtza, urzain), uar (uar, ruisseau), urti (urtsu, irrigation), ulzurrun (Erzurum, population turque actuelle) yarra (yarra), zabala (zabala), zagari (zahagi) , Zahara -Medina Zahara (vieille ville)- ( Basque zahara vieil homme), zidan (zidan), zidar, thidir (zidar), Zubeidi (Zubeldi), zula, thula (zula), thurda (zurda), thureghth, (zuregaz), zamar (zamar, laine tondue), zana (zana), zeda ( zut, pin) zegna (zeña), zergha (zerga), zibba (ziba), zwira (subirá, subirá), zayar, ( zahar), zidan (zidan), zigza (zugaza), zigza (zitza), zugai (zudai), zetu (izetu), zeggan (zegan), zoua (zohar), zriba, zeriba (zoribeltz), zuaia (zuail, zuaitz, arbol), zuazo (zuazo) .

Ce sont des exemples suffisants de l'identité des mots entre la famille linguistique berbère basque et l'arabe en général, car continuer serait disproportionné dans ce travail.

Pour ajouter un autre élément linguistique qui montrerait la communauté culturelle et linguistique de cette famille ethnique avec une autre des anciennes enclaves semi-chamitiques en Europe, la Sicile italienne, avec des problèmes sociaux similaires, nous donnerait le mot sicilien "mafia" de l'arabe "maha fat" qui signifie espace ou table de réunion, rencontre, qui coïnciderait en basque avec "maha bat" de la même signification.

Traduit par A. Bichiou

Source:

La Historia del “Pais Vasco” según los vascos y según las crónicas antiguas. Extrait de http://www.moraleja.net/colaboraciones/messages/139.htm

Par : Yufitran
Dans la catégorie :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager