Les langues amazighes exclues des institutions financières marocaines

Rachid RAHA

La banque centrale du Maroc, crée par dahir le 30 juin 1959 commet une négligence regrettable et une exclusion qui contredisent la constitution marocaine et ses lois réglementaire.s Jusqu'à ce jour, les langues amazighes sont systématiquement exclues des pièces et des billets émis par la principale institution financière marocaine, Bank Al-Maghrib.

L'Assemblée Mondiale Amazigh souhaite attirer l'attention sur cette omission flagrante, notamment à l'occasion de l'émission d'une pièce commémorative en argent d'une valeur faciale de 250 dirhams, qui représente le roi du Maroc et porte la devise en arabe "Allah, La Nation, Le Roi".

Il convient de rappeler que les Amazighs ont une riche histoire culturelle et ont contribué à l'évolution de nombreuses pratiques, y compris le système bancaire. Les Igoudar, qui étaient des cellules de trésorerie détenues par chaque famille tribale, représentent les premières formes de banques de l'histoire. Ces institutions étaient transmises de génération en génération et témoignent de la contribution significative des Amazighs au développement économique de la région.

Dans ce contexte, il est effectivement regrettable et honteux de constater que les Amazighs sont exclus des symboles monétaires actuels émis par Bank Al-Maghrib. En tant que langues officielles reconnues par la constitution marocaine, les langues amazighes méritent d'être représentées et respectées sur les pièces et les billets émis par la banque centrale. Cette exclusion va à l'encontre de la reconnaissance de l'identité plurielle du Maroc et de l'apport culturel des Amazighs à la nation marocaine.

Lettre de l'Assemblée Mondiale Amazigha à Abdellatif JOUAHRI

Monsieur Le Wali de Bank Al-Maghrib, azul,

En rapport avec le sujet susmentionné, et à l'occasion de l'émission par Bank Al-Maghrib d'une pièce commémorative en argent de 250 dirhams, en commémoration du vingt-quatrième anniversaire de l'accession au trône de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, nous souhaitons attirer votre attention à propos de votre négligence et votre exclusion totale de la langue amazighe, qui est considérée comme une langue officielle de l'État, à côté de la langue arabe, selon la constitution marocaine du 1er juillet 2011.

Monsieur Le Wali,

Si certains députés de la nation ont manifesté le refus d'approuver l'amendement du projet de loi relatif à Bank Al-Maghrib, en 2019, qui ne prévoyait pas l'impression de titres et de monnaie en langue amazighe, du fait que la loi organique relative à l'activation du caractère officiel de la langue amazighe n'avait pas encore été adoptée, et qui était à l'étude au Parlement depuis l'année 2016. Mais cette loi est, maintenant, ratifiée et promulguée sous le Dahir n°1-19-121 du 12 Muharram 1441 (12 septembre 2019) et est relatif à la mise en œuvre de la loi organique n°16-26 (*) relative aux étapes d'activation de son intégration dans le domaine de l'éducation et dans les domaines prioritaires de la vie publique, en application des dispositions du quatrième alinéa du chapitre 5 de la Constitution.

L'article 22 de ladite loi réglementaire stipule explicitement que : « Sont insérés en langue amazighe, à côté de la langue arabe, les mentions portées sur les pièces de monnaie et billets de banque, les timbres postaux et les sceaux des administrations publiques ».

Monsieur Le Wali,

La continuité d’ignorer l'insertion de la langue amazighe au sein des pièces de monnaie et des billets de banque constitue une flagrante violation de la constitution marocaine ainsi que de la loi réglementaire relative à l'activation du caractère officiel de ladite langue autochtone. En plus, elle va à l'encontre de la volonté royale, que Sa Majesté n'a pas cessé de souligner depuis le discours historique d'Ajdir le 17 octobre 2001, jusqu'au 3 mai 2023, date de la reconnaissance de la journée du nouvel an amazighe, comme fête nationale et journée payée. A cette occasion, Sa Majesté a affirmé à travers le communiqué de la Cour Royale que la décision de reconnaissance de l'année amazighe s'inscrit dans le cadre de « la consécration constitutionnelle de la langue amazighe comme langue officielle du pays aux côtés de la langue arabe », en soulignant que : « l’Amazighe en tant que composante essentielle de l’identité marocaine authentique riche par la pluralité de ses affluents et patrimoine commun à tous les Marocains sans exception ».

En conclusion, nous vous demandons, Monsieur le Wali de Bank Al-Maghrib, d’œuvrer à l'intégration de la langue amazighe, à travers sa graphie tifinagh, dans les données portées sur les pièces et les billets de banque, d’un côté. De l’autre côté, de l’insérer au sein de vos écriteaux et plaques de signalisation, plus particulièrement des façades de votre siège à Hay Riyad et de l’ancien siège, au centre de la capitale, ceci en accord du respect de la Constitution, de la loi organique et de la Volonté Royale.

Dans l’attente de votre favorable réponse, veuillez agréer, Monsieur Le Wali, nos salutations les plus distinguées,

Rachid RAHA,

Président de l’Assemblée Mondiale Amazighe

Par : Yufitran
Dans la catégorie :
Tags : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager