Chroniques Amazigh 24

Nourrir une idéologie pour mourir au détriment d’une autre pour exister

C’est terrible comment le monde moderne a individualisé la société !… Rimer son existence avec l’idéal, cela n’existe pas. Séparer sans altérer ce que la nature a uni s’avère impossible. Tout ce dont on a conscience est qu’on finit toujours par être rattrapé par sa destinée, malgré les conflits intérieurs et les convenances extérieures. Naître neutre et suivre le chemin orienté, soit par celui de ses parents, soit par celui de ses conceptions, soit par celui de ses orientations en dépit de celui instruit par ses géniteurs, est toujours semé d’embûches.
28/03/2016

Trouve-t-on des Arabes au Maroc ?

A la différence du prince Moulay Hicham, son cousin, le roi du Maroc S. M. Mohamed VI, avait affirmé au magazine « Le Figaro », au début de son accession au pouvoir que : « Les revendications berbères ne sont pas les mêmes que celles des Kabyles. Chez nous, la sensibilité Amazighe plutôt que berbère, est intégrationniste. Je suis marocain avant de dire que je suis berbère ou arabe. Il y a des Marocains qui sont berbères, d’autres d’origine arabe, africaine ou andalouse. Mon père était de descendance arabe alors que ma mère est berbère ».
15/05/2015

Azawad : l’autonomie n’est plus une utopie !

Par Abdoulahi ATTAYOUBLa reprise des hostilités dans le Nord du Mali (Azawad) entre l’Etat malien et le MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) constitue un nouveau tournant politique dans la sous-région. Cette nouvelle escalade de violence illustre à l’évidence l’échec de l’Etat malien à apporter des solutions concrètes et acceptées aux problèmes de l’Azawad.
28/02/2012

Appel au meurtre contre Ahmed Assid par un responsable du Parti de l'Istiqlal

Analyse du discours de Monsieur Abdallah Bakkali à propos de l’article de Ahmed Assid paru dans Al Ahdath Almaghribiya
22/10/2011

Pour la transcription simple, unifiée, de tamazight

Tamazight a sa propre écriture, le tifinagh. Elle est adoptée au Maroc. Elle interviendra sûrement un jour en Kabylie, elle est notre fierté : rares, en effet, sont les peuples qui ont inventé un système d'écriture. Dans l'étape transitoire actuelle, c'est la transcription latine qui, répandue et accessible à tous, continue à se développer et à se généraliser. Elle contribue incontestablement à l'épanouissement de notre culture. Aussi est-il souhaitable qu'elle soit unifiée et standardisée.
22/10/2011