Mzab - Des femmes d'Ath Bouyali observent un jeûne illimité

Publié par Madjid Ait Mohamed le sam 04/02/2017 - 19:44

En solidarité avec le Dr Fekhar er ses condétenus en grève de la faim


Pour apporter, à leur manière, un soutien aux personnes mises en détention hors la loi pour leur instigation présumée des troubles à l’ordre public de Ath Bouyali ( Tagardait ou Ghardaïa), un groupe de femmes de cette région ont décidé d’observer le jeûne jusqu’à l’issue de cette affaire. Elles ont entamé leur mouvement de solidarité depuis le 31 12 2016. Le choix de la journée n’est guère fortuit. Ces femmes ont décidé, ainsi, de lancer leur action le premier jour de la grève de la faim d’une dizaine de détenus, qui eux-mêmes ont fait écho à l’abstention d’alimentation entreprise par Kamel Eddine Fekhar, dont l’état de santé est jugé préoccupant par ses proches et son avocat. Pour rappel, ce dernier ainsi que d’autres personnes ont été arrêtés il y a environ 19 mois. Ils sont accusés “d’incitation à la haine et à la violence” et “d’atteinte à la sûreté de l’État et à l’unité nationale”.Ces chefs d'inculpation sembles faire appels  à ceux d'avril 1980 et de 1981 qui s'en est suivie (Printemps berbères).

Je ne sais si, en dehors de cette action venant de nos concitoyens militants  marocains, de certains médias très limités en Algérie et timidement entre elles quelques voix citoyennes, s'il y en ait eu d'autres ailleurs, avoir lu, vu ou entendu d'autres voix militantes, associatifs ou autres prendre une position pacifique, même par voix de presse, sur cette détention hors la loi qui perdure dans le flou et la douleur depuis 19 mois environs,

Ce n'est, sans doute pas l'engagement politique et associatif qui leurs manque, mais le musellement, la manière et le degré répressif à apparence réfléchi et pacifique du pouvoir  pourrait en être la cause qui les font réfléchir. Pourtant les femmes d'Ath Bouyali ( Taghardait ou M'zab) ont osé se positionner pas le Jeune qu'elle ont entamé depuis quelques jours par solidarité à ces détenus de manière hors la loi depuis 19 longs  mois environs, et ce, en violation de l'esprit humanitaires et des règles constitutionnelles, notamment les articles ......, 35-38-48-56-60......,  

Mais, dans bien des cas ou pareils, comment expliquer la facilité d'actions pacifiques associatifs et/ou citoyennes ainsi que l'organisation de colloques; d'assemblées, de conférences débats, même avec la présence de personnes venues d'ailleurs et d'Afrique du nord  en toute quiétude sans aucune présence répressif apparente lorsqu'ils se déroules dans un pays connu pour son caractère répressif et ardemment dénoncé pour ces positions dictatoriales et inhumaines par un autre qui se targue, d'un coté, d’être respectueux de la déclaration universelle et de la charte internationale des droits de l'homme, et de l'autre il change d'épaule à sa manière répressif. C'est à dire les multiples pressions et actes répressifs en apparence pacifiques et aux normes très différentes de celles des années de braises.

Madjid AM

Rubriques
Edition Pays
Thèmes associés

Ajouter un commentaire

You must have Javascript enabled to use this form.