Salah ABBOUNA et Khodir SEKKOUTI en grève de la faim depuis le 13 juillet 2017

D'après des sources fiables, les deux militants politiques et de droits humains, Salah ABBOUNA et Khodir SEKKOUT, sont traités en Espagne comme de vulgaires terroristes djihadistes.

Ils sont mis en prison avec des mesures extrêmes injustifiables. Il ont entamé une grève de la faim depuis le 13 juillet 2017 en contestation du traitement très sévère qu'il reçoivent comme terroristes avant que cela soit prouvé par une justice crédible.

Rappelons que des mandats d'arrêt internationaux ont été émis par les autorités algériennes contre MM. ABBOUNA et SEKKOUTI à la suite desquels les deux militants sont actuellement en détention en Espagne. Accusés de terrorisme, les autorités d'Alger réclament leur extradition. L'Espagne se retrouve ainsi et sans le vouloir le théâtre d'un épisode judiciaire lié aux événements dramatiques qui ont touché le M'Zab.

En réalité, ce qui est reproché à Salah ABBOUNA et Khodir SEKKOUTI, est leur appartenance et leur activité politique au sein du Mouvement pour l'Autonomie du M'Zab (organisation politique pacifique non classée comme une organisation terroriste).

L'Association Izmulen souligne que cette demande d'extradition fait partie de la compagne de répression qui a touché particulièrement les militants du MAM, mais pas seulement. Elle a visé également tous les activistes des parties politiques de mouvance démocratique et les militants des droits de l'homme.

Par conséquent, l'association Izmulen dénonce avec fermeté cette énième provocation des autorités d'Alger et apporte son soutien total aux deux militants et considère que le mandat d'arrêt international émis à leur encontre, est une violation des principes de la déclaration universelle des droits de l'homme et des pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques, et les droits sociaux, culturels et économiques ratifiés par l’Algérie, ce pays même qui viole continuellement ces règles.

Rappelons que ces deux détenus en Espagne ont été arrêtés la première fois en mois de juin par la garde espagnole suite à ces mandats d'arrêt internationaux émis contre eux par les autorités algériennes. Ils ont été relâchés quelques heures après en leur présentant des excuses. Le ministre de l'énergie algérien a reçu son homologue espagnol le 3 juillet 2017. La police espagnole a procédé de nouveau à l'arrestation de MM. ABOUNA et SEKKOUTI, le 6 juillet 2017, pour le même motif. L'on se demande si la décision de leur arrestation est liée directement à la rencontre ministériel bilatérale ? !

Nous rappelons aux autorités espagnoles que la convention d'extradition signé entre l'Algérie et l'Espagne le 12 décembre 2006 et ratifiée par l'Espagne le 24 juillet 2008 stipule que l'extradition peut être refusée si la partie requise à des motifs raisonnables de croire que la demande d'extradition a été déposée dans le but de poursuivre ou de punir la personne recherchée en raison de sa race, son sexe, sa religion, de sa nationalité ou de ses opinions politiques...

Avec tout ce qui a été dit sur le dossier du Mzab en général et les détenus politiques mzabs il ne reste aucun doute quant à l'instrumentalisation des services de sécurité et de la justice algérienne par le pouvoir algérien en avançant l'accusation de terrorisme. Le pouvoir algérien, politique, sécuritaire ou judiciaire est complètement discrédité.

Les autorités Espagnoles ne doivent pas soumettre MM. Salah ABBOUNA et Khodir SEKKOUTI à un traitement carcéral sévères avant un jugement crédible prouvant leur implication dans des actes terroristes.

Nous, Izmulen, condamnons les agissements du pouvoir algérien ainsi que le traitement réservé aux deux militants pacifistes par les autorités espagnoles.

Izmulen se réserve le droit d'attaquer les autorités espagnoles pour abus d'autorité.

Gloire aux martyrs mzabs, et liberté pour tous les détenus mzabs et pour tous les détenus d'opinion à travers le monde.

Paris le 18 juillet 2017
Président d’Izmulen
Mohammed Dabouz