Le Collectif National des Amazighs de France reçu par la Ministre de la Ville

Une délégation du Comité de suivi du Collectif National des Amazighs de France (CNAF) reçue par Mme Hélène Geoffroy, Ministre de la Ville

Une délégation du comité de suivi du CNAF composée de Brahim Medjoubi (Nantes), Bouzid Sennan (Marseille), Athman Sayad (St-Etienne), Nadia Akkar et Rahma Houzig (Ile de France) et Belkacem Lounès (coordinateur du Comité de suivi) a été reçue par Mme Hélène Geoffroy, Ministre de la Ville le 22 décembre 2016 au siège du Ministère à Paris. A également assisté à la rencontre, Mme Sakina Bakha, conseillère de la Ministre.

La rencontre a duré environ 2h et a permis d'aborder les différents aspects de la question amazighe en France, notamment les dimensions historique et démographique, l'apport des Amazighs dans les différents domaines, la lutte contre les discriminations, la défense de la laicité et de la diversité culturelle portées par les associations socioculturelles franco-amazighes.

La question de l'idéologie islamiste, de son implantation et de son développement en France ont également pris une large place dans les discussions. Les représentants du CNAF ont notamment dénoncé le laxisme, voire le soutien apporté par des institutions de la République comme l’Education Nationale ainsi que beaucoup d'élus locaux à la propagation des idées islamistes pourtant ouvertement obscurantistes et rétrogrades. Les membres du CNAF ont insisté sur le fait que la lutte contre l’islamisme ne peut se limiter aux mesures de déradicalisation.

Sensibiliser les enfants et les jeunes d’origine nord-africaine à la culture amazighe laique, est une des manières
de les éloigner de l’influence de l’extrêmisme religieux. La France ne devrait pas enseigner à ces jeunes qu’ils sont tous d’origine arabe et que leur religion c’est l’Islam, car cela n’est pas vrai pour au moins la moitié d’entre eux. En revanche, ne serait-ce que comme contre-discours, on devrait apprendre en France que St-Augustin, un des pères de l’Eglise catholique était un amazigh.

Mme la ministre a beaucoup écouté ses interlocuteurs et a posé beaucoup de questions sur la culture amazighe, sur les activités des associations franco-amazighes et sur le contenu du message et des propositions des Amazighs de France. Elle a prodigué aux membres de la délégation du CNAF ses encouragements à poursuivre leurs actions en faveur de la défense de la culture amazighe tolérante, laique et ouverte sur l’universel. En conclusion, elle a assuré ses interlocuteurs du soutien de son ministère, tant au niveau local que national, aux associations amazighes qui oeuvrent sur le terrain pour promouvoir la diversité culturelle et l’égalité entre les citoyens de la République.

Paris, 25/12/2016
Comité de suivi du CNAF

Flux d'actualités berbères