Appel au meurtre contre Ahmed Assid par un responsable du Parti de l'Istiqlal

Publié par Ali KHADAOUI le sam 22/10/2011 - 21:50

Analyse du discours de Monsieur Abdallah Bakkali à propos de l’article de Ahmed Assid paru dans Al Ahdath Almaghribiya

par Ali Khadaoui*

Monsieur Abdallah Bakkali a violemment réagi au dernier article de Ahmed Assid paru dans Al Ahdath Almaghribiya. Dans cet article, Assid a essayé d’analyser les raisons qui poussent certains électeurs amazighs, à voter encore pour le parti de l'Istiqlal. Assid explique ce phénomène schizophrène par le rôle morbide des "notables" qui cherchent à sauvegarder leurs intérêts personnels au détriment des intérêts de la cause amazighe.
Cette analyse pourtant objective et très modérée, a valu à l’auteur, non seulement des insultes et autres propos blessants et diffamatoires, mais un véritable appel au meurtre de la part d’un militant et dirigeant du parti de l’istiqlal, en l’occurrence Monsieur Abdallah Bakkali.

Au lecteur de juger de lui même :

Dès l’entrée de jeu,  Monsieur Bakkali  dénie à Monsieur Assid la capacité intellectuelle d’être celui qu’il est, dans l’intention évidente de minimiser l’impact de l’article de Assid sur les électeurs puisque  il qualifie  son analyse de  « Propos médiocres, artificiels… ». Mais Monsieur Bakkali n’en reste pas là puisqu’il juge Assid comme étant franchement fou en qualifiant ses propos, je cite de : «  déversoirs de rancoeurs et de complexes, réservoirs de privations et de pathologies ». Sur sa lancée où le mépris et la haine véritable transparaissent, Monsieur Bakkali ne ménage aucun effort afin d’abattre un intellectuel amazigh et démocrate qui a l’audace de critiquer non pas le Parti de l’Istiqlal, mais les notables amazighs qui continuent à voter et à faire campagne pour ce parti pourtant anti-amazigh.   

Pauvres notables qui soutiennent le vieux parti pour ses beaux yeux de parti nationaliste et défendant des valeurs que Assid veut détruire, ce qui est inacceptable pour Monsieur Bakkali et surtout pour son parti. Dans une allusion évidente aux slogans de l’Istiqlal, à savoir que le Mouvement Amazigh est une création de l’étranger,  Monsieur Bakkali accrédite Assid d’une grosse  fortune car en tant que mercenaire, il reçoit des subsides de partout, et surtout, en tant que traître, de l’étranger. Ecoutons Monsieur Bakkali :  « Et je suppose fort que les revenus d'Assid émanant de l'Institut pour la culture amazighe, de sa profession d'enseignant, et de la grande générosité de donateurs étrangers, en contrepartie de ses apports "intellectuels", dépassent, et de loin, les revenus de tous ces militants.

Le problème est que la majorité des militants que Monsieur Bakkali cite et dont nous connaissons beaucoup d’entre eux, sont loin d’être de simples militants, mais de gros bonnets qui ont accumulé grosses fortunes et pouvoirs à l’abri du vieux parti raciste et anti- amazigh.

En fait, dans son incapacité à démontrer que Monsieur Assid a commis un délit d’opinion, Monsieur Bakkali use de l’anathème, de l’insulte, du dénigrement, de tous les moyens discursifs pour abattre  l’ennemi public numéro un du Parti de l’istiqlal. Monsieur Bakkali  ajoute :   « Et je suppose aussi qu'Assid, en sa qualité de "notable" en matière de recherche d'indemnités sous couvert d'amazighité est devenu une marionette qui ne peut plus rien inspirer d'autre que la pitié ».

Monsieur Bakkali ne s’arrête pas là ! Il désigne Ahmed Assid comme l’homme à abattre en le qualifiant franchement de terroriste, tout en essayant d’impliquer tous les partis politiques dits « nationaux » ainsi que les responsables du Journal Al Ahdath Almaghribiya qui a publié l’article de Assid, dans une tentative d’amener certains d’entre eux à se solidariser avec sa connerie médiatique, politique et intellectuelle en affirmant que:  "Les propos d'Ahmed Assid au sujet des partis nationaux tombent sous le coup de l'insulte, de la diffamation et de l'incitation à la haine et al Ahdath al Maghribiya ne doit se mettre à la diposition d'un enfant armé d'une kalachnikov avec laquelle il tire sur qui bon lui semble. »

Ici, les propos de Monsieur Bakkali sont  non seulement de véritables propos insultants et haineux, racistes et accusateurs, mais un véritable appel au meurtre dont Monsieur Bakkali sera tenu pour responsable direct, et pour lequel il devra tôt ou tard rendre des comptes, que ce meurtre est intellectuel, politique ou même qu’à Dieu ne plaise, physique.

Franchement, cet appel au meurtre d’un intellectuel marocain respecté de tous par un militant istiqlalien est inqualifiable, inacceptable dans un débat qui aurait du rester calme et respecter la déontologie du débat intellectuel ! Même la fièvre des élections ne peut à elle seule expliquer cette attaque en règle, attaque mesquine qui rappelle celle d’un certain Khalifa, d’un Abbas Al Fassi ou d’un Benkirane contre l’amazighité et surtout contre l’officialisation de la langue amazighe dans la dernière constitution. C’est à croire que ces Messieurs perdent toute raison dès qu’il s’agit de l’amazighité.

Et justement c’est là qu’on peut comprendre la raison des propos inqualifiables de ce Monsieur Bakkali dont le père devait certainement être épicier : Assid est un symbole qu’il faut abattre car il porte bien le message de l’amazighité au-delà des lignes rouges fixées par ceux-là mêmes qui ont planifié la mort de l’amazighité sur sa propre patrie depuis le fameux allatif des années cinquante, et qui croient être encore les seuls à devoir fixer l’identité du Maroc en termes d’arabo-islamisme, d’andaloucisme, de fassisme et fascisme, et de je ne sais quelle autre aberration de l’histoire, pourvu que cette identité ne soit pas affirmée conformément aux données  historiques , anthropologiques et sociales , autrement dit en tant qu’identité amazighe !!!

J’ai lu l’article de Monsieur Assid et chacun peut le lire également. A aucun moment, les propos de Monsieur Assid n’ont été diffamatoires, insultants ou même outranciers. Ce qui n’est pas le cas de l’attaque de Monsieur Bakkali. Qu’on en juge encore  quand ce dernier dit de Assid qu’:  « Il a donc eu recours à l'insulte et à la diffamation, ainsi qu'à l'incitation à la haine, sur les colonnes d'un périodique respectable que nous ne pensons pas qu'il serve à distiller le venin et à exprimer les poussées narcissiques que reflète la personnalité malade de leur auteur ».

On le voit, à plusieurs reprises, pour Monsieur Bakkali , Monsieur Assid est un malade qu’il faut interner. Uniquement parce que ce dernier a eu le culot de rappeler les raisons de la présence absurde encore en 2011, du Parti de l’Istiqlal, ennemi notoire de la cause amazighe –et donc des imazighen- dans les régions amazighes !

En fait, et c’est là que Monsieur Bakkali dévoile sa capacité intellectuelle d’épicier du coin, Assid ne s’attaque point au parti de l’istiqlal, mais dénonce en revanche imazighen qui, malgré la haine publiquement exprimé par ce parti à l’égard de l’amazighité et de ses droits légitimes et naturels reconnus par tous, y compris le Roi du Maroc, continuent à soutenir ce parti apartheidiste, ce qui est en soi une position de traîtres, de fantoches, et de mercenaires. Le Parti de l’istiqlal, -car en fait Monsieur Bakkali ne fait qu’exprimer haut et fort les sentiments du Parti-, a compris que l’analyse de Assid peut être catastrophique pour le parti aux prochaines élections. En effet, Assid dévoile aux militants de base et aux populations la supercherie des notables amazighs, véritables mercenaires qui ont vendu la cause amazighe et les intérêts qui lui sont liés aux partis ennemis des imazighens. C’est ce qu’on appelle normalement des traîtres. Un point c’est tout.

Assid a donc envoyé une simple mais importante mise en garde aux imazighen qui, malgré la haine de l’istiqlal et à l’égard de l’amazighité à la dernière constitution, continuent malgré tout cela à mettre leurs œufs dans le panier de ce parti raciste et au mépris bien connu à l’égard non seulement des imazighen mais de tous les aâroubias, amazighophones et darijophones confondus. Ce qui explique largement que les internautes de face book liés au Mouvement du 20 Février, aient décidé depuis longtemps de dire au parti de l’istiqlal :  « Dégage » !
                   
Ali Khadaoui

* - Poète- anthropologue
 -Ancien membre démissionnaire du Conseil d’Administration de l’IRCAM
- Membre de l’Académie Européenne des Sciences, des Arts et des Lettres

Voici l’article de Bakkali en intégralité.


Quand Assid se répand sur les colonnes d'al Ahdath al Maghribiya... par Abdallah Bakkali


Plus, beaucoup plus que ne l'avait imaginé son concepteur Assid, sa sauce a pris. Ses conceptions sont uniques dans l'histoire du genre humain, et face à elles, les hommes ne sont que des sots ou des imbéciles, de simples exécutants, des petits. Qu'a donc découvert Assid ? Et bien il a découvert que dans les contrées amazigh, le parti de l'Istiqlal s'appuyait sur les "notables" pour remporter les élections et que, donc, les gens se rangeaient derrière les personnes, les notables, et ignoraient tout du parti pour lequel ils votaient. Voilà la raison, à ses yeux, de la victoire de l'Istiqlal dans les régions amazigh.

Propos médiocres, artificiels, qui montrent à quel point la sauce d'Assid a tourné et continue de virer à l'aigre à l'approche des élections. Propos qui ne méritent pas d'analyse en profondeur ni n'appellent à une véritable critique... Propos déversoirs de rancoeurs et de complexes, réservoirs de privations et de pathologies.

Avec la même légèreté, que seule pourra comprendre l'autre, nous disons que le parti de l'Istiqlal est riche de ses militants qui ont oeuvré, travaillé, servi en pays amazigh, sans relation aucune avec cette notion de notable, à moins peut-être que ce ne soit une notabilité morale... Et pas comme celui qui a laissé de côté les valeurs. Je sais, moi, qu'il y a des militants de la stature de Noureddine Mediane, Mohamed Taïbi dans le Rif, Rachid Adnane, Habachich Tijani, Bouameur Taghouane, Bennacer Oulahrir qui travaillent dans les régions de l'Atlas, et d'autres encore, des gens humbles, modestes, bons. Et je suppose fort que les revenus d'Assid émanant de l'Institut pour la culture amazigh, de sa profession d'enseignant, et de la grande générosité de donateurs étrangers, en contrepartie de ses apports "intellectuels", dépassent, et de loin, les revenus de tous ces militants.

Et je suppose aussi qu'Assid, en sa qualité de "notable" en matière de recherche d'indemnités sous couvert d'amazighité est devenu une marionette qui ne peut plus rien inspirer d'autre que la pitié.

Nous comprenons parfaitement la volonté de notre consoeur al Ahdath al Maghribiya d'ouvrir ses colonnes à l'ensemble des sensibilités, partant du principe qu'un périodique doit refléter la diversité des opinions et respecter la liberté d'expression, et cela ne peut que recevoir la totale adhésion de l'opinion publique. Mais cette volonté ne doit pas transformer le journal en espace d'incitation à la haine raciale et au racisme.

Les propos d'Ahmed Assid au sujet des partis nationaux tombent sous le coup de l'insulte, de la diffamation et de l'incitation à la haine et al Ahdath al Maghribiya ne doit se mettre à la diposition d'un enfant armé d'une kalachnikov avec laquelle il tire sur qui bon lui semble.

Oui, nous acceptons le débat politique et intellectuel, et c'est dans ce cadre que les idées d'Assid et de sa coterie devaient inscrire dans leur action pour définir les composantes de l'identité nationale. Or, Assid et ses habituelles "acidités" dont il abreuve l'opinion publique en sont restés au niveau qui est le sien et de ce que lui permet son bagage intellectuel. Il a donc eu recours à l'insulte et à la diffamation, ainsi qu'à l'incitation à la haine, sur les colonnes d'un périodique respectable que nous ne pensons pas qu'il serve à distiller le venin et à exprimer les poussées narcissiques que reflète la personnalité malade de leur auteur.

Nous tenons en très haute estime le quotidien al Ahdath al Maghribiya, ses responsables et ses équipes qui englobent la crème de notre profession, mais nous ne pouvons respecter que ce qui peut l'être et non celui qui ne se respecte pas lui-même ni ne respecte sa petite famille.

Edition Pays

Publié par viduz le dim 30/10/2011 - 16:57

Permalien

les amazighs sont frapé du syndrome de Stockolm ,ils prénnent fait et cause pour les interet de seux qui ne cessent de vouloir les éleminer par tous les moyens.les arabiste eu représentent le parti de l'etranger,car tous ce qui  est exterieur a l'identité de l'afrique du nord ,comme l'arabisation forcé,exemple d'une situation identiqueque, fut le cas en afrique du sud avec le regime raciste des allocthones de vouloir imposer leur culture afrikhaners au polpuation otauchtones.le seul racisme qui semble bénificier de l'indulgence des droit de l'hommistes est celui des etats racistes arabisant en afrique du nord,sant parler du hold-up de l'islam utiliser comme vecteur d'arabo-colonisation des amazighs,pourtant musulmans

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.