Pressions mentales et physiques sur le Docteur Kameleddine Fekhar

Les autorités algériennes font d'un preuve d'un acharnement sans limite contre le Docteur Kameleddine Fekhar et ses compagnons détenus arbitrairement en prison de Ghardaïa. Les nationalistes mozabites sont menacés dans leur intégrité physique depuis qu'une procédure judiciaire a été lancée contre Bouteflika auprès des instances internationales le 17 avril dernier.

Communiqué

Suite à la visite entreprise par la famille du militant Kameleddine Fekhar, détenu en prison depuis 24 avril 2016, elle a tenu à déclaré à l’opinion publique que K.Fekhar est exposé à des abus et au harcèlement au sein de la grande prison de Ghardaïa, surtout après la publication du rapport du Département d’État des États-Unis (13 avril 2016), qui a condamné l’arrestation de Kameleddine Fekhar et mentionné les conditions de détention dans la prison plus particulièrement, et les violations des droits humains contre les Amazighs Mzab en l’Algérie, ainsi que, après l’annonce Kameleddine Fekhar d’intenter un procès international contre le président algérien Bouteflika et certains des symboles du régime (17 avril 2016) pour leur entière responsabilité des crimes contre l’humanité dans le M’zab, il a subi une fouille soudaine de sa cellule alors qu’il était dans la cour de la prison sans sa présence, ses biens, ses vêtements et ses livres, ont été éparpillés au milieu d’une cellule bondée de plus de 60 prisonniers. cet acharnement K.Fekhar le subit aussi de la part de certains criminels, prisonniers qui hésitent pas à voler ces biens, sans parler de la provocation par certains prisonniers mercenaires.

Kameleddine Fekhar en plus des conditions inhumaines qui lui sont affligées, il subit également des pratiques racistes, ainsi il est privé des soins médicaux, malgré qu’il soit atteint de l’hépatite B, mais l’administration pénitentiaire refuse catégoriquement de l’autoriser à faire des analyses et lui prodiguer des traitement médicamenteux.

Suite à ces pratiques répressives, Kameleddine Fekhar fait porter l’entière responsabilité de sa sécurité physique aux autorités algériennes et persiste à dire à l’opinion publique internationale qu’il a été arrêté arbitrairement et sur une base raciste dans l’attente de sa liquidation physique, et en raison de son combat pacifiste et ses positions politiques claires et explicites le régime algérien mobilise son appareil sécuritaire, sa justice et ses « baltajia » qui se trouvent à l’intérieur des murs de la prison.

Le Mouvement Autonomie pour M’zab prend à témoin l’opinion publique internationale de l’intention du régime algérien de liquidation de tous les militants amazighe de M’zab, dont Kameleddine Fekhar, leader du mouvement, qui est considéré comme le « Martin Luther King » du Mzab et ce dans l’intention d’avoir largement le temps d’éliminer la minorité amazighe mozabite en Algérie dans le silence complet.

Le 29 avril 2016
Pour le Mouvement pour l’Autonomie Mzab
Saleh Abbouna

Edition Pays
Tags

Flux d'actualités berbères